" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

samedi 30 décembre 2017

Meilleurs voeux pour 2018 !



Etes-vous bien conscients que l’année 2018 sera unique dans l’histoire de l’humanité (si l’on excepte celle des mondes parallèles, bien sûr). Alors, profitez-en et que l’an fini nous soyons tous réunis !

Les pétards et autres feux d'artifice sont interdits sur la commune de Liège !



Saviez-vous que les lancers de pétards et autres feux d’artifice sont interdits sur la commune de Liège.
Voyez ce lien :

A bon entendeur : crac !

Un vieux ronchon-chon.

Falzar - Marco Paulo : " Bad Bartje "







L’album tourne autour de la personnalité du Flamand Bart de Wever, le leader de la NVA. C’est du temps où, étant enfant, Bad Bartje (méchant petit Bart) était déjà vil, tyrannique, imbu de sa personne (ingenomen met zichzelf) et surtout détestant les Francophones (dont les Wallons). Cette bande dessinée date de 2014 ;  à cette époque, Bart De Waver avait la ridicule manie de truffer ses déclarations et ses discours de sentences latines (il le fait peut-être encore mais alors sur les postes flamands car ici nous en sommes épargnés).

Un excellent défouloir pour les Francophones belges de tous poils.

vendredi 29 décembre 2017

Liège en 1865


                                    1865. Le pont Saint-Nicolas et l'hôpital de Bavière


                                            Cliquez sur les images !



- « La Meuse », 4 février 1865
« Le Travailleur », journal hebdomadaire, organe des intérêts moraux et matériels de la classe ouvrière

- « La Meuse », 23 février 1865
Par arrêté royal du 17 février, les charbonnages de Bonne-Fin et Banneux sont réunis en une seule concession d’une étendue de 687 hectares dépendant des communes de Liège, Saint-Nicolas, Ans, Glain et Rocour

- «  La Meuse », 25 février 1865
Il y aura demain quarante et un an que l’on n’a plus exécuté dans la province de Liège. La dernière exécution capitale a eu lieu à Liège, le 26 février 1824, où quatre têtes étaient tombées le même jour sur la place du Spectacle. (…) M. Auguste Visschers, dans le travail remarquable qu’il vient de publier sur la question de la peine de mort, ajoute : «  Pourrait-on encore, à la ville de Liège, donner le spectacle hideux de quatre têtes abattues le même jour sur une des places publiques ? »



- Samedi 8 juillet 1865
Réclame pour la fabrique de pompes à incendie

- Mardi 5 septembre 1865
Nous avons annoncé hier matin l’arrestation d’un individu nommé C., que l’on soupçonne être le fameux Cartouche qui a commis tant de vols d’argenterie en notre ville (…)
  Note : le 19 septembre, La Meuse annonce que le dénommé Charbonnier est «  entré dans la voie des aveux ». Il est âgé de 38 ans et est né à Dinant



- Samedi 23 septembre 1865
L’histoire de Charbonnier, le Cartouche liégeois


                                                 Le casino Grétry


- Lundi 30 octobre 1865
Alexandre Dumas donnera, jeudi à 2 heures, une conférence littéraire au Casino Grétry.
(…) Il est descendu à l’hôtel de l’Europe. La deuxième causerie aura lieu samedi soir à la Société de l’Emulation



- Lundi 11 décembre 1865
Mort du Roi Léopold 1 er


Et tout particulièrement au quartier Sainte-Marguerite :


- «  La Meuse », 10 janvier 1865
Un homme trouvé ivre-mort à la rue Bas-Rhieux

- « La Meuse », 17 janvier 1865
Nous apprenons qu’un des propriétaires principaux de la rue Bas-Rhieux va faire construire un grand nombre de maisons d’ouvriers qu’il se propose de louer à des prix modérés

-« La Meuse », 31 janvier 1865
Avant-hier, vers 8 heures du soir, une rixe a eu lieu rue du Coq entre plusieurs individus ivres. L’un d’eux a eu le bras cassé



- 20 mai 1865
Grand Théâtre-Concert de Fontainebleau

- Mercredi 9 août 1865
A la gare du Haut-Pré. Le sieur J.F. Bricmanne, âgé de 24 ans, célibataire, demeurant rue Haut-Pré, a été pris entre deux buttoirs qui lui écrasèrent le ventre. Il a succombé à l’hôpital de Bavière à 5 ½ du soir



- Mardi 22 août 1865
Les prix des élèves de l’école des filles de l’Ouest



- Samedi 12 octobre 1865
Réclame. Vins et liqueurs, à la maison Laflorentie, 8, Hocheporte



- Lundi 4 octobre 1865
Une tireuse de cartes provoque une grève dans un de nos charbonnages

Merci au journal «  La Meuse » !
Merci à ses journalistes anonymes !

Merci à la bibliothèque Ulysse Capitaine, en Féronstrée à Liège !

jeudi 28 décembre 2017

Mam'zelle Louisiane

Marie-Jeanne

Fabrice Virgili et Danièle Voldman : " La garçonne et l'assassin "




Paris 1911. Paul Grappe et Louise Landy , des ouvriers, s’aiment et se marient. Puis c’est la guerre. Paul est blessé. On doit lui amputer l’index droit. La blessure guérit mal et, surtout, il en a assez de la guerre. Il déserte. Réfugié chez Louise, il sait, en tant que déserteur, qu’il risque la peine de mort. C’est alors que l’idée lui vient de se travestir, se déguiser en femme. Il devient une «  garçonne ». Mais Paul est un violent, un ivrogne qui bat sa femme, terrifie leur jeune enfant, Popol. Louise n’en peut plus et finit par tirer avec un révolver sur celui que, jadis, elle a tant aimé. La dernière partie retrace le procès.

Voilà une histoire qui aurait bien pu plaire à Georges Simenon …
De cette histoire, André Téchiné vient de tourner un film, «  Nos années folles » :


°°°°°°°°°°°°°°

Polémique. Le summum de la pudibonderie est atteint !

L'image promotionnelle du film d'André Téchiné, représentant un homme travesti enlaçant une femme, «heurterait la sensibilité» des enfants d'une école primaire de la Ville. Sous la pression des associations scolaires sur le cinéma de la ville, elle a dû être retirée.

lundi 25 décembre 2017

Les pétards et les feux d'artifice terrorisent les animaux




Pour les animaux de compagnie et en prairie, les feux d'artifice et les pétards représentent une source de panique. Certains y perdent même la vie. Aussi, GAIA demande aux bourgmestres de Belgique d'interdire les feux d'artifice de particuliers. « Les infractions doivent être punies par une SAC », estime le président de GAIA, Michel Vandenbosch. « Les feux d'artifice ont pour effet de terroriser les animaux. » L'organisation invite également tout un chacun à signaler via le site web de GAIA les incidents causés par des feux d'artifice et impliquant des animaux.

Certaines déflagrations de feux d'artifice atteignent 160 décibels. Pour comparaison, un avion à réaction qui décolle produit 125 décibels à une distance de 100 mètres. En outre, les animaux ont une ouïe beaucoup plus fine et sensible que l'oreille humaine. Pour eux, les détonations sont donc une vraie torture. Chaque année, des animaux paniqués et déroutés s'enfuient loin des déflagrations et des éclairs lumineux. Ces animaux de compagnie ou de prairie finissent souvent par se perdre voire se blesser. Certains perdent même la vie.

« Je crains qu’il y aura encore des problèmes cette année », regrette Michel Vandenbosch. GAIA est donc demandeur d'une interdiction d'allumer des feux d'artifice pour les particuliers, et de sanctions administratives communales pour les contrevenants. « J'ai conscience que ce n'est pas une opinion populaire, mais que l'on se mette à la place des animaux. Pour eux, les déflagrations soudaines ne sont qu'une source de terreur. Il est donc grand temps d'appliquer une interdiction des feux d'artifice de particuliers.

L'organisation de défense des animaux encourage également les citoyens à lui signaler tout incident lié à des feux d'artifice et impliquant des animaux. Pour ce faire, elle met à disposition un lien sur son site internet, ou l'adresse e-mail info@gaia.be. « Qu'il s'agisse d'animaux qui s'enfuient car pris de panique, qui décèdent en raison des détonations... informez-nous tout incident », appelle le président de GAIA. Après le Nouvel an, l'organisation dressera un bilan et espère ainsi pouvoir exercer plus de pression pour une interdiction des feux d'artifices de particuliers. Les pétards, eux aussi, terrorisent les animaux, songeons-y !

Quelques conseils
En attendant des mesures plus structurelles en faveur des animaux, GAIA adresse ces quelques conseils pour le réveillon. L'idéal étant bien sûr de ne pas utiliser de feux d'artifice.

Gardez tous les animaux de compagnie à l'intérieur dès la tombée du jour. Fermez les rideaux et les volets.
Laissez la lumière et la radio ou la télévision allumées afin que le bruit et les éclairs soient un peu atténués.
Si votre chien est très sensible au bruit, parlez-en à votre vétérinaire. Évitez d'administrer vous-même des médications. Certaines substances contenues peuvent anesthésier votre animal mais pas le rendre insensible à la peur pour autant.
Gardez les chevaux, ânes, poneys ou bovins dans l'étable.
Veillez à ce que votre animal soit pucé et enregistré, et qu'il porte un collier nominatif. Il sera ainsi bien plus aisé de le retrouver s'il devait prendre la fuite.
Si vous envisagez d'utiliser des feux d'artifice, informez-en vos voisins et les éleveurs des environs. Ils pourront également prendre les mesures nécessaires.
Vous pouvez habituer graduellement votre animal aux feux d'artifice. Des CD comportant des sons de feux d'artifices sont disponibles à la vente, et des fichiers de tels enregistrements peuvent aussi être téléchargés sur internet.
Veillez à ce qu'aucun feu d'artifice ne soit allumé à proximité d'un animal. Vérifiez qu'il n'y a pas d'animaux dans les prairies avoisinantes: les chevaux et les vaches ont, eux aussi, peur des feux d'artifice.
Les pièces d'artifice devraient être mises en place le plus tard possible, et avant leur allumage, veillez à ce que des animaux ne s'y soient pas cachés.

Ne réconfortez pas exagérément votre animal (à moins qu'il soit en état de panique complète). Il pourrait comprendre que quelque chose va mal et que sa peur est justifiée. L'idéal est de se comporter naturellement.Ne punissez pas un animal qui montre des signes de peur.

Georges Delval : " Amères congo-léances "




«  Bruxelles, 11 septembre 1958. Henri Galloy, fringant maître d’école, grimpait allégrement à bord d’un DC 6 de la Sabena. Destination : le Congo belge. »
Nous allons le suivre, lui, son épouse, ses trois enfants et de belges collègues coloniaux jusqu’aux « événement de 1960 » ( l’indépendance). Tout est au rendez-vous : l’esprit belgicain, la hargne sur tout, le racisme primaire, … bref des tranches de vie à la colonie pas particulièrement ragoûtantes.


Extraits :

- Sachez, Madame, qu’André Gide – si vous connaissez – assurait que moins un Blanc est intelligent, plus il trouve le Noir bête.

- Qu’il doit être dur de devenir un vieillard dépendant du bon vouloir des autres, de sombrer dans les flots mortels de l’ennui.

- La nostalgie est révisionniste,.. elle a la gueule des traîneurs de sabre, du pape, des associations de bienfaisance … elle regrette le temps où on se soignait avec de la bouse de vache, où les femmes accouchaient dans leur arrière-cuisine, où les jeunes étaient aussi cons que polis, … la nostalgie vous fait reculer d’un siècle.


- Moi, le seul moment où je suis vraiment heureux, c’est quand je baise. Avec ma queue, j’incarne un roi sans royaume, amant d’une reine. Si je pouvais, je ne débanderais que pour pisser. (…) Et Emilie d’ajouter : «  Toi, mon vieux, si tu continues, un jour ou l’autre, tu les exhiberas en sautoir ! »

samedi 23 décembre 2017

Laurent Demoulin : " Robinson "





Robinson est un garçon de 10 ans. Il est autiste.

« Autisme. Trouble du développement neurologique caractérisé par une altération des interactions sociales (repli pathologique sur soi), de la communication (langage) et du comportement. »

«  Robinson n’a aucun problème. Parfois, il s‘ennuie, parfois il râle, parfois il a mal au ventre. Mais la plupart du temps, il est gai, harmonieux, bien dans son corps, content de ses préoccupations. Il n’a pas de problème. Mais il en est un. Dans le monde tel qu’il est et tel que de plus en plus il devient. »
Son père, le narrateur de ce roman, s’occupe de lui, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, en alternance avec son épouse. Robinson ne parle pas. Mais il adore courir dans les rues de Liège avec son père. Parfois, il va à l’école des enfants autistes.

Il ne faut pas vous effrayer devant roman au sujet un tantinet particulier. Si le narrateur-auteur est un « intello » – Roland Barthes n’est jamais loin dans le récit –, l’écriture, donc la lecture y sont lisses (le contraire de rebutant). Et si vous hésitez encore à en entamer la lecture,  jetez un coup d’œil, chez votre libraire favori, sur le chapitre intitulé «  Chez des amis (le barbecue) » pp 187-200  et là, vous serez conquis.

Laurent Demoulin vient de recevoir le Prix Victor Rossel 2017, qui est l’équivalent du Goncourt belge.
Il est l’auteur de plusieurs recueils de poésie et d’essais. Il est responsable du Fonds Georges Simenon à Liège.

Pour bibi, ce «  Robinson » est, sans aucun doute, une de mes meilleures lectures de l’année 2017. Dont acte !

Extraits :

*   Alors a lieu l’événement : je vois le jeune poissonnier quitter son étal et se diriger vers moi. Va-t-il me prier de faire moins de bruit ? Ses yeux marquent l’inquiétude. Il a visiblement hésité avant de poser l’acte qu’il est en train d’accomplir.
  - Est-ce qu’il aime les crevettes ?
  - Je ne sais pas, dis-je, désemparé.
Nous suivons le poissonnier. De retour dans son étal, celui-ci prend une crevette fraîche, la décortique avec soin, la tend à Robinson, qui arrête aussitôt de geindre puis qui, selon son habitude, commence par renifler le petit crustacé marin, avant de la croquer prudemment. Au lieu de le repousser, il le fourre tout entier en bouche, à la satisfaction générale. Alléluia. Je remercie le jeune homme avec chaleur.

* Chacun s’accorde de nos jours à penser que l’autisme est génétique, ou dû à la pollution, ou à traumatisme physique à la naissance, ou à l’influence des ondes sismiques, de la nourriture lyophilisée, des astres, des ancêtres dont le prénom comptait plus de voyelles que de consonnes … Bref : en tout cas les psychanalystes se trompaient, puisqu’ils culpabilisaient les parents, CQFD (…) En attendant, quant à moi, je m’accroche à ma culpabilité comme un noyé à une bouée de sauvetage (…)

- * (…) Marie chiait, alors, et, plus que probablement, le Christ lui-même. Mais Karl Marx aussi chiait, soyons juste, tout comme Lao-Tseu, Freud, Nietzsche, Platon. Volontiers l’on imagine que Jean-Sébastien Bach produisait des petites crottes rondes bien tempérées, rebondissantes comme des notes sur le clavecin. Sans doute Kant devait-il souffrir régulièrement de constipation pure – ou de constipation pratique -, un doute subsiste. Quant à Victor Hugo, au contraire, il devait avoir tendance à la diarrhée pendant douze jours d’affilée.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
En bonus :
1. Une interview de Laurent Demoulin sur TV5 :
2. Une conférence « L’amour selon Roland Barthes «  par Laurent Demoulin :





vendredi 22 décembre 2017

Gouvy en 1997






- « L’Avenir du Luxembourg », vendredi 10 janvier 1997
Gouvy. Trois membres du conseil communal à l’honneur : Denise Zune, Guy Molitor, Gaston Gaspard



- «  L’Avenir du Luxembourg », vendredi 3 janvier 1997
Les préminimes de Gouvy



- « L’Avenir du Luxembourg », vendredi 7 janvier 1997
Les cadets de Bovigny



- Mardi 11 février 1997
Les cadets de Bovigny

- Mardi 25 février 1997
Gouvy contre les déchets nucléaires



- Vendredi 29 mars 1997
La Bundeswehr quitte définitivement Bovigny



- Vendredi 11 avril 1997
Les cadets de Gouvy







- Samedi 12 avril 1997
Quinze cents sportifs contre le nucléaire




Au premier-plan : José Fréres qui tend le micro de Radio Beho



- Mardi 13 mai 1997
Les villageois de l’ancienne commune de Bovigny ont ressuscité les métiers d’antan lors de leur fête «  A bon vî timps »




- Jeudi 22 mai 1997
Fernand Adam à Gouvy, sculpteur sur chêne




- Lundi 26 mai 1997
Le défilé équestre de Gouvy




- Mercredi 18 juin 1997
Ecoliers et gendarmes de Gouvy, partenaires d’un jour




- Mardi 24 juin 1997
L’amicale de cheminots de Gouvy en balade




- Mercredi 25 juin 1997
Concert antinucléaire à Bovigny




- Vendredi 4 juillet 1997
Le club de karaté de Cherain prend son envol




- Samedi 6 juillet 1997
Beau succès pour la journée de l’EPES




- Vendredi 18 juillet 1997
Décès de René Belhomme




- Jeudi 31 juillet 1997
18 è Festival de Gouvy avec trois stars américaines (mondialement connues)






- Mardi 12 août 1997
De la gouvionne pour Miss Framboise ‘ 97




- Mardi 12 août 1997
Foot : Gouvy espère gagner quelques échelons …




- Lundi 29 septembre 1997
Première randonnée VTT organisé par l’école Ste-Thérèse de Gouvy






- Jeudi 2 octobre 1997
Deux couples en or. Les époux Parmentier-Duprez et Lentz-Bolette




- Mercredi 22 octobre 1997
Chemin de fer. Electrification de la ligne 42 Rivage-Gouvy : l’heure des travaux






- Lundi 10 novembre 1997
Mormont 3 - Gouvy 3. Michel Cuvelier, l’entraîneur de Gouvy, déçu du nul




- Mardi 25 novembre 1997
Changement de présidence à la ligue des famille : Joseph Gennen>>> Simone Winand




- Vendredi 28 novembre 1997
Deux artisans d’art au féminin à Steinbach et Baclain




- Vendredi 7 décembre 1997
Vingt-deux nouveaux secouristes




- Samedi 13 décembre 1997
Concert chez les amis de l’orgue de Sterpigny




- Mardi 23 décembre 1997
Gouvy. Des séniors heureux de se retrouver




- Vendredi 27 décembre 1997
Les «  Quatre Vents » chantent Noël

Merci au journal «  L’Avenir du Luxembourg «   !
Merci à ses journalistes anonymes !
Merci à la bibliothèque Albertine de Bruxelles !